mercredi 27 janvier 2010

Miracles de la pensée collective

égrégores

Pour faire exploser la bombe dite atomique, il faut une quantité minimale de plutonium pour qu'une réaction en chaîne puisse s'établir spontanément et se maintenir. Cette quantité minimale est la masse critique, tant qu'elle n'est pas atteinte, rien ne se passe, il n'y a pas d'explosion. Comme en physiologie c'est la loi du tout ou rien, il faut atteindre un seuil d'excitation.
Il en fut ainsi pour les phénomènes solaires, qui se sont produits en 1917 lors de la fameuse " danse du soleil " à Fatima devant 70.000 personnes. Cette danse du soleil résultait en fait du tremblement de l’image de persistance rétinienne associée à l’observation du soleil que la plus grande partie de la foule a perçu par résonance télépathique, le seuil minimum de personnes étant largement atteint, les phénomènes pouvaient alors s'emballer et se diffuser d'un individu à l'autre, chacun devenant tour à tour récepteur et émetteur.
Sceptique ?

Voici l'histoire du centième singe
En 1952 dans l'île de Koshima au Japon, des spécialistes de psychologie animale donnaient à manger aux singes des patates douces en les laissant tomber sur le sable. Rapidement une petite femelle de 18 mois appris à les laver dans un ruisseau et enseigna la technique à sa mère ainsi qu'à quelques autres jeunes qui apportèrent cette pratique à leurs familles. Mais pourtant six ans après, à peine une centaine de singes seulement savait laver les patates.
C'est alors en septembre 1958, qu'un phénomène étonnant se produisit : Entre un seul lever et coucher du soleil, tous les singes de l'île, apprirent à laver leurs patates. Bien plus, le même jour tous ceux des iles voisines et même ceux de la région plus lointaine de Takasakiyama savaient laver les patates.
Le centième singe, c'est celui qu'il fallait pour que la puissance télépathique du groupe de singe atteigne la masse critique.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire