mercredi 24 février 2010

La respiration des illuminati

La Technique du Va et Vient du Souffle


On peut la pratiquer assis, jambes croisées, corps droit et l'attention fixée devant soi ou allongé sur le dos ou mieux encore, en position dite du Bouddha couché, la position que prit le Bouddha pour son passage dans l'autre monde c'est-à-dire couché sur le coté droit de façon à ne pas être dérangé par les battements du cœur, la main droite sous la tête ou à côté, la main gauche sur la cuisse gauche, les jambes légèrement repliées, une position qui rappelle celle du fœtus dans le ventre de la mère.
Etrange n'est-ce pas, cette position qui vaut autant pour la naissance que pour la mort ?
Une position que prennent instinctivement les lions et les éléphants et d'autres animaux pour trépasser.
C’est une technique de respiration où l’on continue à inspirer très peu mais de moins en moins, puis on expire très lentement mais progressivement de plus en plus vite, sans période de rétention.
Les maxima de vitesse du courant d'air dans les narines sont situés au milieu de l'inspiration et de l'expiration (cette variation de vitesse donnerait sur une bande enregistreuse une sinusoïde, comme le bouchon qui monte et descend sur la vague en décrivant un cercle)
Commencez donc par inspirer longuement, portez toute votre attention sur cette inspiration. Puis, expirez longuement, portez toute votre attention sur cette expiration.
Inspirez maintenant de façon courte toujours avec attention. Expirez de façon courte.
Imaginez un ballon à l'intérieur de votre thorax, vous inspirez et le ballon se gonfle, vous expirez et le ballon se contracte et se vide.
Observez votre respiration sans commentaire mental, votre mental doit être occupé par votre respiration.
La respiration est le véhicule de l'esprit disent les Hindous qui l’appellent le prâna.
A chaque fois que vous expirez et avant l'inspiration suivante, il y a un intervalle, reposez-vous dans cet espace libre.
Ne forcez pas votre respiration, n'essayez pas non plus de la retenir, une bonne respiration unit le corps et le mental.
 
Maintenant vous allez respirer de moins en moins profondément, de façon courte, rapide et régulière comme si vous aviez l’impression de sans cesse manquer d’oxygène.
A un moment votre respiration va finir par se caler sur le rythme une-deux, une-deux, inspir-expir, inspir-expir ... et ainsi de suite.
Continuez ainsi le temps qu’il faudra pour que votre respiration soit automatiquement rythmée sur ce rythme une-deux, une-deux.
Au bout d'un certain temps, une délicieuse volupté commencera à vous envahir, votre visage va sourire tandis que toutes les réactions biologiques de votre corps vont ralentir. Vous ne serez bientôt plus que respiration et plus rien d'autre.
Cette respiration avec légère " soif d'air ", c'est-à-dire une légère privation d'air constante de manière à respirer de façon courte et régulière est qualifiée par certains pratiquants comme la "porte étroite", le passage, le gué qui conduit dans les mondes spirituels.
Il faut sans cesse reprendre un peu d'air pour avoir sans interruption l'impression d'en manquer.
C’est à ce moment qu'il faut placer une pensée précise associée à la légère privation d'air pour obtenir de nombreux bienfaits dans tous les domaines.

Citons une phrase relevée dans un livre paru en 1966 aux éditions Berger Levrault intitulé : "Magie et Chasse au Cameroun" de Henri Koch :

" Hommes parviennent aimer après respiration étouffée "

Titthakara est un vieux mot indien qui signifie " celui qui a trouvé un gué " . Il s'applique à ceux qui ont découvert ce que d'autres cherchent en vain : un gué, un passage vers l'au-delà.
Le gué, c'est ce qui permet de franchir les abîmes ténébreux qui s'ouvrent devant les lunaires et les séparent des réalités qu'ils ne peuvent connaître qu'après leur mort, bien qu'ils se posent déjà l'éternelle question : Comment acquérir dès maintenant l'expérience de cet abîme et de cet au-delà et à la lumière de cette expérience saisir la signification du monde d'ici-bas ?


1 commentaire:

  1. Je commence à comprendre que j'ai toujours nagé dans ce que l'on appelle l'ésotérisme et je comprends aussi que les religions asservissent l'Homme en leur cachant toutes les possibilités de ce mondes et des autres à travers la Magie de l'Esprit/Lumière/Force

    Mes lectures qui parfois m'ont semblées vaines prennent tout leur sens ; celui de travailler dans ce sens et de toujours se dévelloper et ainsi se construire en ce monde.

    Un convaincu

    RépondreSupprimer