jeudi 7 juillet 2011

Les RITES COPULATIFS du CHAMANISME PRIMITIF

Les orgies collectives des faux illuminati

Démiurge, sexe et écologie

Les inquisiteurs et censeurs chrétiens ont blâmé les orgies des temps antiques ainsi que celles qui ont encore lieu dans certaines tribus restées primitives c'est-à-dire proches de la nature.

Nos "bons" puritains n'ont en fait rien compris à la signification profonde de ces rites érotiques collectifs. Les tribus qui s'y adonnent ne sont en rien licencieuses, bien au contraire leurs membres sont en temps normal de mœurs plutôt austères et le libertinage et l'adultère y sont sévèrement condamnés.

Mais régulièrement en fonction des phases de la lune, tous les membres de la tribu se regroupent dans un lieu secret et jalousement gardé pour s'accoupler collectivement après avoir longtemps dansé frénétiquement auparavant. Ces danses sont en fait des balancements et des girations qui leur permettent de se dépasser et d'entrer en transes (voir livre MAGIC PHOTON chapitre trois sur les rythmes).

Ces danses sont destinées à "chauffer l'atmosphère" et peuvent conduire jusqu'à l'hystérie collective. Puis chacun s'accouple au hasard après avoir arraché frénétiquement ses vêtements, sans considération d’âge, de parenté voire de sexe !

Ces tribus ont une grande connaissance des rites de fécondité et glorifient la Mère Divine, la " Magna Mater " pour assurer la prospérité des récoltes et des troupeaux et par suite, la prospérité de la tribu.

La lumière est absente dans ce type de réunions où seul le sexe est glorifié et à travers lui, le démiurge et la nature.

Dans des temps plus reculés, en plus du sexe, ces tribus pratiquaient des sacrifices d’animaux et même d’humains voire, d’enfants. Ces rites sacrificiels étaient parait-il, d’une redoutable efficacité. Ceux qui s’y adonnaient avaient définitivement opté pour les puissances des ténèbres.

Note : De nos jours, certains clubs très élitistes comme le « bohemian club » pratiqueraient encore des sacrifices ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire